Vous êtes dans : La Commune

La Commune

DÉCOUVERTE

Montbonnot Saint-Martin est l’une des communes les plus attractives de l’agglomération grenobloise.

Petite ville à taille humaine avec ses 5 000 habitants, Montbonnot offre une grande diversité d’habitat individuel ou collectif propre à satisfaire tous ceux qui souhaitent s’y installer. Montbonnot est également réputée pour son engagement en faveur du développement durable et des déplacements doux. Ainsi l’urbanisation respecte ici un équilibre harmonieux entre habitat et espaces verts et des pistes cyclables et chemins piétons ont été aménagés le long des axes principaux. La commune est également riche de nombreux équipements publics, deux écoles primaires et une maternelle, une Maison de la Petite Enfance, la Maison des Arts (espace culturel et associatif), La Maison du Pré de l’Eau (espace sportif et associatif) qui assurent une excellente qualité de services aux habitants. Quelque 70 associations caritatives, culturelles, sportives, animent par ailleurs avec dynamisme la vie des Bonimontains. La commune compte une vingtaine de commerces et entreprises artisanales.

GÉOGRAPHIE

Une situation exceptionnelle

Montbonnot est située à 8 km de Grenoble, dans la vallée du Grésivaudan, au pied des contreforts du massif de la Chartreuse et en face de la majestueuse chaine de Belledonne. Le bourg s’étire entre la partie haute, le centre historique et la partie basse où un deuxième centre de vie a vu le jour récemment jouxtant les zones d’activités économiques d’Inovallée et de Prè Millet.

La commune n’est qu’à une trentaine de minutes des stations de ski de Chartreuse et de Belledonne. Elle bénéficie d’un bon ensoleillement toute la journée, de températures tempérées (Hiver : 3.3°C  Printemps : 11.4°C  Eté : 20.2°C  Automne : 12.0°C) et il y neige en moyenne 14 jours par an. Les communes voisines de Montbonnot, Meylan et Saint-Ismier sont séparées par les torrents du Gamond et de Carbonne. D'importants espaces boisés situés dans la partie haute du territoire ont un rôle prépondérant dans le paysage. Une végétation importante le long des torrents crée des corridors écologiques. Des espaces libres dispersés sont pour la plupart exploités pour des cultures. En aval de l'autoroute, des terrains sont dédiés principalement à l'agriculture. Notons également la présence de nombreux espaces boisés classés.

HISTOIRE

L’histoire de la commune est notamment marquée par la réunion tardive des paroisses de Saint-Martin de Miséré et de Montbonnot en 1802.

Le château de Montbonnot

Dominant la vallée du Grésivaudan, le château de Montbonnot fut une forteresse au 12è siècle, un centre de vie du XIIè  au XVè  siècle avant d’être rasé en 1590 au cours des guerres de religion. Un nouveau château construit par Madame de Galles en 1556 devint la propriété de François Copin de Commier seigneur de Miribel. Jacques, son petit-fils, fut en 1890 le premier maire de la commune. Racheté par Ludovic de Vors, le château resta plus de 70 ans fermé, avant son rachat par la municipalité pour en faire la mairie actuelle en 1982. Au pied de la mairie, le parc de Miribel s’enorgueillit d’une majestueuse cédraie.

Le prieuré de Saint-Martin de Miséré

Trois religieux qui suivent la règle des chanoines de Saint Augustin en 1100 créent une paroisse sur les terres du domaine de Miséré appartenant à St Hugues, l'évêque de Grenoble. Au 13è  siècle, le prieuré est le premier chef d'ordre du diocèse. A la veille des guerres de religion en 1550, six religieux forment la communauté de St Martin de Miséré. Suite aux guerres civiles, le prieuré est fermé en 1673. Il est confié aux Oratoriens qui en font un collège internat jusqu’en 1764.

Le prieuré se réduit à l'église, au cimetière et aux bâtiments agricoles confiés à un fermier et à l'hébergement du curé de la paroisse. A la Révolution, l’église et le clocher sont démolis. En 2010, sous l’égide du service régional de l’Archéologie, le prieuré a fait l’objet de fouilles. Ces fouilles ont notamment révélé une baie géminée du XIIème  siècle, unique en Isère. Les abords du site accueillent aujourd’hui La Maison des Arts réalisée en 2016.